Biolandes

Producteur d'huiles essentielles & d'extraits naturels

L'Ylang Ylang, de Madagascar aux Comores

L'Ylang Ylang, de Madagascar aux Comores

L'Ylang Ylang, la fleur de l'Océan Indien

Comme beaucoup de plantes à parfum, l’ylang ylang est une plante voyageuse.
Natif de l’archipel des Moluques dans l’Est de l’Indonésie, cet arbre tropical de la famille des magnolias fleurit régulièrement toute l’année. L’histoire raconte qu’un marin allemand Albertus Schwenger, charmé par le parfum envoûtant de ses fleurs, aurait installé la première unité de distillation d’ylang ylang en 1860 dans la région de Manille aux Philippines, donnant naissance au commerce de l’huile essentielle. Puis la production s’est déplacée à la Réunion, où les chasseurs d’épices avaient introduit l’arbre au XVIIIe siècle. Elle s’établit finalement de nos jours au Nord de Madagascar et dans l’archipel des Comores.
Sa note florale et suave en fait une matière réservée aux parfums féminins. Les premiers à l’avoir magnifiée sont Chanel N°5 (1921) et Bois des Iles (Chanel, 1926), puis plus tard Diorissimo (Dior, 1956). Les multiples propriétés de son huile essentielle favorisent des usages importants en cosmétique et en aromathérapie.
La filière ylang ylang est cependant fragile car trop souvent liée aux demandes irrégulières des marchés, à la fluctuation des qualités produites mais aussi aux contraintes d’accès à la ressource en eau et en bois pour la distillation.
Depuis 1997, Biolandes cultive une plantation d’ylang ylang dans le Nord-ouest de Madagascar et y distille chaque jour les fleurs récoltées dans le domaine. La reprise en 2014 d’une usine de production aux Comores complète la palette et permet de mieux appréhender l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement
Nous vous invitons avec ce cinquième livre à la découverte de cette fleur exceptionnelle que des hommes et des femmes récoltent chaque jour aux Comores et à Madagascar.

La fleur des fleurs

Son nom scientifique Cananga odorata vient du nom malais de l’arbre Kenonga ou Kananga. Le nom philippin alang ylang évoque les “grappes pendantes et mobiles” de ses fleurs sous l’action du vent. Ses pétales dégagent une odeur pénétrante, épicée rappelant l’oeillet, le narcisse ou le jasmin. Le “parfum de tous les parfums” emplit l’air d’une fragrance douce et enivrante pour qui traverse les plantations au coucher du soleil.

Un long voyage dans l'Océan Indien. Depuis les Philippines...

De 1860 à 1950 l’exploitation d’ylang ylang est concentrée aux Philippines, qui connaîtront un véritable âge d’or pendant une cinquantaine d’années. Vendu sous l’appellation “ylang ylang oil par excellence”, il est alors la référence pour les parfums en Europe. Aujourd’hui il reste de grands arbres mais l’exploitation de la fleur a disparu.

Vers de nouvelles terres d'accueil

Fin XVIIIe, à l’époque des chasseurs d’épices, les premiers pieds d’ylang ylang arrivent des Moluques à la Réunion. Cependant les premières productions d’huiles essentielles ne démarreront qu’au début du XXe siècle.

Une fleur qui aime la chaleur et l'humidité

La chaleur tropicale du canal du Mozambique fait de cette région une terre idéale pour la culture de l’ylang ylang. Les arbres sont plantés sur les pentes des volcans aux Comores et à Nosy Be ou dans les grandes plaines alluviales du Nord de Madagascar.

Un arbre qui se plie à la volonté de l'homme

Dans son milieu naturel, le cananga peut culminer à 30 m de hauteur. Ici il est maintenu à hauteur d’homme pour faciliter la cueillette de ses fleurs. Pliage et taille des branches, égourmandage des jeunes pousses contraignent ce géant qui n’aspire qu’à filer vers le ciel !

Une agriculture à deux visages

Aux Comores ou à Nosy Be, des centaines de petites parcelles d’ylang ylang sont entretenues par des familles d’agriculteurs.
Dans la région d’Ambanja à Madagascar, quelques grandes plantations héritées des domaines coloniaux s’étendent sur plusieurs dizaines d’hectares. L’histoire a ainsi façonné deux modèles agricoles.

Une récolte à longueur d'année

La floraison s’étale toute l’année avec une abondance marquée après la saison des pluies. La couleur des pétales évolue du vert clair au jaune soutenu avec au centre une tâche rouge carmin, signe pour les cueilleurs d’une fleur mature.

Un arbre généreux

L’ylang ylang produit des fleurs dès la cinquième année et pendant près de 50 ans. Un arbre peut facilement fournir jusqu’à vingt kilos de fleurs par an…

Des cueilleurs au quotidien

La cueillette est une garantie de revenu quotidien. Après avoir sillonné les parcelles pendant 3 heures, les cueilleurs auront collecté une quinzaine de kilos de fleurs.

La pesée à l'ombre de l'arbre aux "Cabars"*

Les cueilleurs convergent vers la balance pour la pesée des fleurs qui récompense leur travail. C’est le moment du repos, des rencontres ; les discussions vont bon train.



*du malgache “kabaris” : échanges, palabres…

Une distillation immédiate

Parce que les fleurs sont fragiles, la distillation se fait immédiatement après le ramassage à proximité des plantations. Les alambics fument déjà et attendent les fleurs fraîches.

Une distillation longue pour une fleur extraordinaire

La fleur d’ylang ylang est d’une richesse en huile essentielle inégalée et surclasse de loin toutes les autres fleurs : 40 à 50 kg de fleurs suffisent pour obtenir un kilo d’essence quand il faut près de 4000 kg de roses pour obtenir un kilo d’essence.

Particularité de l'Ylang: une distillation fractionnée

La distillation est douce et dure pratiquement 24 heures. L’huile essentielle coule continuellement dans l’essencier. Elle est récupérée en 4 fractions successives. Les premières fractions appelées Extra et Première ont la densité la plus élevée, et celle-ci diminue avec les fractions suivantes Deuxième et Troisième.

Des fractions pour des usages adaptés

Si les premières fractions riches en esters sont plutôt réservées aux grands parfums, toutes les fractions trouvent leur utilisation. Deuxième et Troisième qualités sont réservées à la cosmétique et à la parfumerie fonctionnelle. Et la “complète”, mélange de toutes les fractions, est privilégiée par l’aromathérapie.

Une essence sensuelle

Odeur parmi les plus suaves et sensuelles de la parfumerie, l’essence d’ylang ylang est puissante, florale, épicée, camphrée, légèrement fruitée. Et son profil diffère suivant les origines ; ainsi l’ylang ylang des Comores est très floral et capiteux, légèrement fumé alors que l’ylang ylang de Madagascar est plus aérien et solaire.

Une distillation artisanale qu'il faut soutenir

La qualité des essences produites passe par la maîtrise de tous les paramètres de la distillation. Soutenir cette production artisanale, dans les petits alambics “de brousse”, c’est accompagner tous ces artisans de l’ylang ylang.

Une filière à responsabiliser

Les distillations multiples en font une essence gourmande en bois. Préserver cette ressource, c’est pérenniser la production d’ylang ylang. Réduire la consommation de bois des alambics, favoriser la plantation d’essences forestières à croissance rapide sont autant de pistes d’amélioration possible pour soutenir cette production.

Le choix de Biolandes à Madagascar: cultiver l'Ylang Ylang BIO

Installée dans les plaines du fleuve Sambirano à Ambanja au milieu de sa plantation, la ferme de Biolandes a choisi de produire une fraction originale d’ylang ylang, l’ylang VOP (Volatil Oil Parts). Ce nectar recueilli pendant les premières heures de la distillation apporte une facette moderne aux qualités traditionnelles d’ylang ylang malgaches.

Le choix de Biolandes aux Comores: distiller à Anjouan

En rachetant la dernière usine en activité sur l’île d’Anjouan, Biolandes complète son offre avec les qualités ylang ylang des Comores. Grâce à un réseau bien établi de petits agriculteurs, l’usine produit notamment la fraction baptisée Extra Supérieure.
Cet effluve rare et précieux qu’exhale la fleur aux premières chaleurs de la journée signe de prestigieux parfums…

Pérenniser la filière

Grâce à son intégration totale à Madagascar et à son implantation aux Comores, Biolandes s’inscrit dans la durée pour faire en sorte que les hommes et les femmes qui oeuvrent chaque jour à la fabrication de cette essence puissent transmettre leur geste aux générations suivantes.

Rendements et produits

LIEU DE PRODUCTION
Océan Indien (quelques productions isolées en Afrique de l’Ouest)
L’Union des Comores : Grande Comore, Anjouan, Mohéli
Mayotte (Département Outre Mer)
Madagascar (Ambanja sur Grande Terre et Nosy Be).

RENDEMENTS ET PRODUITS
100 kg de fleurs donnent environ 2 kg d’essence.
Une production mondiale annuelle de l’ordre de 60 tonnes d’huile essentielle :
- Dont Comores : 1er producteur mondial avec environ 40 t
(Anjouan : 25-30 t, Mohéli 4-5 t, Grande Comore 1 à 2 t + Mayotte 2 t).
- Dont Madagascar : environ 15 t.

UTILISATION
Parfum : apporte une puissante note florale épicée.
Aromathérapie : utilisée pour ses vertus sédative, antiseptique, aphrodisiaque…
Ses bienfaits multiples s’expliquent par sa biochimie extrêmement complexe.
Arômes : utilisée pour aromatiser glaces, bonbons, boissons…

BIOLANDES
Une implantation unique à l’origine avec 2 sites de transformation :
- Une ferme bio de 220 ha de plantation et son usine à Ambanja, Madagascar.
- Une usine à Domoni, Anjouan
L’équivalent en essence commercialisée de 900 tonnes de fleurs par an.
Le travail au quotidien d’environ 300 personnes.