Biolandes

Producteur d'huiles essentielles & d'extraits naturels

Le Ciste Labdanum en Andalousie

Le Ciste Labdanum en Andalousie

Le Ciste Labdanum, plante mythique de la parfumerie

Remarquable parmi les autres espèces de ciste, Cistus ladaniferus est un arbuste présent sur tout le pourtour méditerranéen, qui est utilisé depuis 3000 ans en parfumerie pour la gomme qu’il sécrète en été.
la gomme Labdanum possède une odeur balsamique et ambrée d'une puissance extraordinaire qui lui valait déjà une place de choix dans les « encens » de l’Antiquité sous le nom de Résine de Ladanum.
Jusqu’aux années 1920, la gomme était récupérée directement sur la plante pour en faire des boules ou des pains. A l’origine, les bergers de Crète ou de Chypre la récoltaient en peignant les chèvres dont la toison se chargeait de gomme en parcourant les champs de ciste.
Plus tard, on a commencé à récupérer la gomme en fouettant les rameaux avec de grands râteaux appelés Ladanisterion, garnis de lanières de cuir grattées ensuite au couteau.
A partir de 1920, les maisons de Grasse commencent à produire de l’huile essentielle en distillant le ciste de l’Estérel.
La gomme est désormais récupérée en faisant bouillir les rameaux notamment dans la région de Salamanque, en Espagne.

Après la guerre, la production de gomme va se développer fortement et se déplacer vers le sud de l’Espagne en suivant les étendues de ciste le long du Portugal.
Dans les années 1960, la gomme est produite en Extrémadure puis en Andalousie de l’ouest où se trouvent les étendues de ciste les plus vastes d’Europe.
L’exportation de fagots de ciste vers Grasse se met en place ainsi qu'une activité de production d'essence et de concrète en Andalousie.
Depuis 1988, Biolandes est implantée au coeur de la province de Huelva et produit sur place des extraits de ciste et de Labdanum. Aujourd’hui, la majorité de la
production mondiale de dérivés du ciste et de gomme Labdanum vient de cette région, l’Andévalo.
Nous sommes heureux de vous inviter à découvrir l’histoire unique d’une plante et d’un pays exceptionnels que des hommes de caractère et de traditions écrivent
au présent.

crédits photos : Matthieu Sartre

Le Ciste Labdanum, maître des collines de l’Andévalo

A l’ouest de l’Andalousie, entre Séville et le Portugal, les collines de l’Andévalo sont couvertes de milliers d’hectares d’étendues sauvages de ciste, piquetés de chênes verts séculaires.
Le Ciste Labdanum couvre toutes les terres non cultivées et ni la coupe ni le feu ne l’empêchent de repousser.
C’est la plante reine des paysages de l’Andévalo.

Puebla de Guzman, village de traditions

Biolandes est installée dans cet ancien village de mineurs, blanchi à la chaux chaque année, qui est le berceau d’une culture riche et de traditions fortes.
Une terre de chevaux andalous et de “Pata Negra”, ces cochons qui, en se nourrissant de glands, font du Jamon Iberico le meilleur des jambons.

La Romeria du mois d'avril

Chaque année à la fin avril, Puebla de Guzman célèbre la Vierge de la Peña, et tout le village monte à l’ermitage en procession.
Pendant quatre jours, la population se retrouve pour honorer la Vierge protectrice et partager la passion des chevaux et le goût de la fête.

Notre Dame de la Peña

A la sortie de l’église, la ferveur de toute une communauté est à son comble pour la célébration annuelle de la Vierge.

Le manteau aux fleurs de Ciste

Brodés sur le vêtement de la Vierge, le ciste et sa fleur font partie du patrimoine du village.
Aux larmes de l’émotion vont succéder toute la nuit les danses et les chants traditionnels, les verres d’eau de vie et les parades des cavaliers.

Les larmes du Christ

En avril, les champs de ciste se couvrent de fleurs blanches délicates et ravissantes mais sans parfum. Comme des coquelicots blancs, les fleurs sont d’une soie éphémère et ne durent que deux jours.
Depuis toujours, on appelle “larmes du Christ” les taches rouge carmin sur les cinq pétales de la fleur de ciste.

De l'ambre dans les collines

Après la floraison, d’avril à juin, les rameaux de ciste font une nouvelle pousse dont la tige rougit avec la formation de la gomme.
Avec la chaleur, l’odeur ambrée du Labdanum envahit les collines.

La gomme sous le soleil

Pour se protéger de la fournaise de l’été andalou, tiges et feuilles sécrètent une gomme dont l’odeur enveloppante est l’une des plus puissantes du monde végétal.
En juillet, les rameaux couverts de cette gomme visqueuse sont prêts à être coupés.

La récolte du ciste

A Puebla de Guzman et dans les villages alentour, on récolte le ciste de juillet à octobre pour produire de la gomme Labdanum ou pour
valoriser les rameaux par distillation ou extraction.
Après la coupe, les tiges vont repousser et dans chaque espace libre un jeune plant va germer.
Le ciste reprend alors ses droits et héberge lapins et perdrix.

La faucille de l'aube à midi

Durant tout l'été, de l’aube jusqu’à midi, des équipes de ramasseurs coupent les rameaux à la faucille, en font des fagots, et chargent voitures et charrettes.
Ils ne coupent que la pousse de l’année, le haut des rameaux tendre et chargé de gomme.
Le travail est dur et leurs vêtements garderont l’odeur du ciste jusqu’à la fin de la campagne.

Une affaire de familles

En Andévalo, le ciste est souvent l’affaire des communautés gitanes.
Dans les villages, depuis quelques décennies, des familles récoltent les fagots le matin et les transforment en gomme Labdanum l’après-midi.
Les champs coupés seront recolonisés par le ciste dès l’année suivante et pourront être à nouveau récoltés trois ans plus tard.

Les bouilleurs de gomme

De la fumée, des fagots et quelques bidons signalent un poste de fabrication de gomme Labdanum.
Première étape : faire bouillir les rameaux dans de l’eau et de la soude.

Un seau d'acide

Après la cuisson, un seau d’acide neutralise l’eau et une écume se forme, fumante comme dans un chaudron de sorcière.
Avec un bâton, la gomme brute est travaillée pour en retirer l’eau et la rendre homogène. Peu à peu, elle se lie et prend une belle couleur fauve.

Les temps changent

CFeu, soude et acide dans les champs…
Leur procédé est d’un autre âge mais il leur offre un revenu saisonnier et fait partie de leur histoire. Les bouilleurs de gomme négocient avec les autorités mais redoutent l’interdiction de leur métier qu’ils savent inéluctable.
Peu à peu, la gomme commence à être produite dans des ateliers avec un procédé mieux maîtrisé, mais à un coût plus élevé.

Biolandes Andalucia à Puebla de Guzman

Depuis sa construction en 1988, l’usine de Biolandes produit toute la gamme des dérivés du ciste et de la gomme.
Chaque été, Juan Lorenzo, José Carlos et leur équipe organisent la récolte et la transformation de 3 000 tonnes de fagots et valorisent avec fierté le produit de 7 000 jours de ramassage !

Source d'essence et d'énergie

Pour obtenir la meilleure qualité d’essence, le ciste livré à l’usine est broyé et distillé en continu pendant 24 heures. Plus d’une tonne d’essence est produite chaque été dont une grande partie est certifiée BIO.
Le ciste épuisé est stocké sur place et sert de combustible pour produire toute la vapeur du site.

Concrètes et résinoïdes

L’atelier d’extraction produit la concrète de ciste, base d’une absolue et de plusieurs spécialités en parfumerie fine, dont la dynamone est la plus connue. La gomme Labdanum produite dans l’usine ou achetée à des partenaires est transformée en résinoïdes et en absolue.
Les produits de la distillation ou de l’extraction des rameaux ont l’appellation « Ciste », alors que les produits issus de la gomme gardent une appellation « Labdanum ».

Jour et nuit

Pendant la campagne de ciste, l’usine travaille jour et nuit.
A six heures du matin, quand l’équipe de nuit a fini de filtrer l’essence et de faire couler la concrète, plus loin, derrière les collines, des coupeurs ont déjà repris leur faucille.